Le manche de Guitare

In Gears on August 13, 2012 at 11:59 am

Pour le guitariste averti, le choix du manche est primordial car c’est celui-ci qui induira le confort de jeu, la précision des notes, le plaisir de jouer. Objectivement, il n’y a pas de « vraies » raisons pour préférer tel ou tel type de manche. . Pourquoi se sent-on confortable sur tel manche plutôt qu’avec tel autre ? Certes, le manche peut être arrondi, en V (confortable par son point d’appui en saillie), en C (proche de celui des acoustiques), en U (idéal pour les longs doigts)… Plus ou moins plat… Plus ou moins « rapide » … N’empêche, on s’aperçoit qu’avec d’infimes différences de structure, on passe d’un manche parfaitement adapté à son jeu à un manche de pioche qui, étonnamment, pourra convenir à merveille à son voisin ! Une fois encore, en la matière, le « mieux » n’existe pas.

Un manche renforcé

Un manche qui se compose généralement de plusieurs pièces de bois pour des raisons de rigidité (et de coût !) et qui est, soit collé à la caisse grâce à un talon spécifiquement prévu à cet usage (c’est le cas des Gibson et de leurs copies) ou simplement vissé au corps de la guitare comme sur les Fender. On trouve également, mais plus rarement, la technique du manche traversant où la pièce de bois qui compose le manche se poursuit sur toute la longueur du corps de la guitare; un système qui offre une plus grande rigidité et un sustain (tenue de la note) incomparable. Par ailleurs, les manches de guitares électriques comportent une tige métallique qu’on appelle « barre de tension » (truss rod en anglais) qui est insérée dans une saignée creusée sur toute la longueur du manche, permettant ainsi de modifier, grâce à un système d’écrou, la courbure du manche, autrement dit l’action, la distance entre les cordes et la touche pour un jeu plus ou moins confortable et précis.

La largeur du manche

Même si toutes les guitares électriques présentent un manche plutôt étroit, on peut trouver des différences de quelques millimètres qui conviendront plus ou moins au goût ou à la morphologie du guitariste. En sachant que si le manche d’une guitare classique présente une largeur de 50 mm et plus, il n’est plus que de 43 mm environ sur une folk et de 40 à 42 mm sur une électrique. Cela dit, n’accordez qu’une importance relative à cette largeur de manche, du moins tant que vous ne serez pas un guitariste confirmé car il s’agit davantage d’une question d’habitude que de questions morphologiques. Ainsi, même si vous avez des doigts un peu gros, il n’est pas sûr que vous ne serez pas à l’aise sur un manche étroit, et réciproquement.

La barre de réglage  (Truss Rod)

Le manche des  guitares électriques comporte une tige métallique qu’on appelle « barre de tension » (truss rod en anglais)  qui est insérée dans une saignée creusée sur toute la longueur du manche, et qui s’ancre dans le talon pour apparaître à son autre extrémité, à la tête du manche, où son accès est le plus souvent dissimulé par une pièce de plastique vissée.

Un système efficace

Son principe est simple : une extrémité (en général, celle située dans le talon du manche) de la barre est fixe ; l’autre extrémité comporte un pas de vis doté d’un écrou qui, lorsqu’il est resserré, ajoute de la tension à la partie du manche située entre les deux extrémités de la barre. Comme le manche comporte plus de bois dans sa partie supérieure, il subira davantage la tension dans sa partie inférieure. Du coup, la barre va légèrement se tordre en arc inversé, compensant ainsi la tension des cordes.

Un réglage personnalisé

 L’objectif de cette barre de réglage consiste à rigidifier le manche et à compenser ainsi la tension des cordes. Pour les guitares électriques, le truss rod est indispensable, d’autant que certains musiciens montent des cordes au tirant médium, ce qui implique une traction énorme sur le manche. Par ailleurs, grâce à ce réglage, chaque guitariste pourra alors adapter l’action des cordes (la hauteur des cordes par rapport à la touche) selon ses goûts et ses habitudes. Dans le doute, s’abstenir ! Evidemment, dans le doute, il n’est pas conseillé de réaliser ce réglage soi-même au risque de produire des dommages irréparables à l’instrument. Il semble donc préférable, le cas échéant, de laisser ce soin à un professionnel. 

La touche 

La touche est une pièce de bois rapportée sur le manche et sur laquelle sont montées les barrettes, ces petites tiges métalliques qui divisent le manche en demi-tons, repères indispensables au guitariste. En règle générale, cette touche est en palissandre ou en érable même si l’idéal, en la matière, voudrait qu’on utilise l’ébène, un bois plus résistant. Mais il coûte cher et on ne le retrouve que sur les modèles hauts de gamme. Et puis, la notion de toucher est singulière à chaque guitariste.

Une touche collée

 Cette pièce de bois, plus ou moins bombée sur les guitares électriques, est collée sur le manche et se place à la hauteur de la table de la guitare, sur laquelle elle repose, dans le prolongement du manche. Bien sûr, selon le type d’instrument, cette touche sera plus ou moins longue, déterminant ainsi le nombre de cases offert par la guitare (jusqu’à 24 sur une électrique).

Une histoire de goût

 A priori, le bois utilisé pour cette touche, son profil, n’interfèrent guère sur le résultat sonore final et il s’agit ici davantage d’une histoire de goût, de toucher, d’habitude, que de toute autre chose. Les plus utilisés restent l’érable, le palissandre et, dans une moindre mesure, l’ébène. Par ailleurs, on notera que sur les guitares électriques, des repères sont placés aux 3e, 5e, 7e, 9e et 12e cases pour se répéter, avec les mêmes intervalles, sur les dernières cases.

Le sillet

Le sillet de tête, placé à l’extrémité de la touche, détermine l’autre point d’appui des cordes. Le plus souvent en plastique, il peut être également en métal (laiton, notamment) surtout quand il comporte un système de bloque-corde qui évite des désaccordages intempestifs d’une part et permettent un fine tuning (accordage fin) d’autre part. Muni d’encoches permettant de retenir les cordes latéralement, le sillet présente un profil correspondant à celui de la touche, plus ou moins bombé, donc. Les encoches se montrent inégalement profondes de façon à ce que la facilité de jeu demeure identique à toutes les cases (surtout les premières !). A noter que certaines guitares présentent une frette zéro, placée juste après le sillet ; dans ce cas, c’est cette barrette qui détermine le diapason de la corde vibrante.

Les barrettes (ou frettes) 

Egalement appelées de l’anglicisme « frettes », les barrettes sont de petites barres de métal marquant l’emplacement des notes sur le manche (tous les demi-tons pour être précis). Des tiges métalliques enfoncées en force dans la touche du manche qui présentent différentes largeurs, de la plus étroite à la plus large (souvent médium ou jumbo). Comme souvent, il n’existe pas de règle en la matière et chacun appréciera tel ou tel type de barrettes en fonction de ses goûts et de ses habitudes. En sachant, tout de même, qu’elles sont facteurs de confort et qu’une vérification minutieuse de leur bon état se montre indispensable.

A la bonne hauteur

En effet, quand la hauteur des barrettes est trop basse, surtout dans les premières positions, il devient difficile de produire un son clair et distinct. Du coup, il faut appuyer fortement avec les doigts de la main gauche pour obtenir un son qui ne frise pas (c’est-à-dire sans vibration métallique parasite et désagréable). Bref, on s’épuise inutilement.

Jumbo ou médium

Quant au choix du type de barrettes à adopter, le syndrome des goûts et des couleurs veut que chaque guitariste montre des appétences différentes en la matière. Ainsi, un musicien adepte des bends (tirés de la corde) aura-t-il tendance à se sentir plus confortable avec des frettes jumbo qui présentent pourtant le léger désavantage de se montrer moins précises que des frettes étroites. Un choix pas forcément aisé à trancher dans la mesure où l’abondance de modèles sévit : des barrettes larges et planes, des fines et hautes, plus toutes les combinaisons imaginables entre ces différentes caractéristiques. A titre d’information, sachez que Gibson, dans la plupart des cas, installe des modèles jumbo à l’image d’Ibanez, tandis que Fender en varie souvent selon le modèle. Quant à la majorité des fabricants, ils optent pour des modèles médiums afin de convenir au plus grand nombre.

Les mécaniques

Appelées « clefs d’accordage » ou tuning keys en anglais, les mécaniques permettent d’accorder, à volonté, les cordes de la guitare en modifiant la tension des cordes. Il s’agit d’un système fort simple composé d’un axe cranté et d’une vis sans fin qui autorise une rotation dans les deux sens, pour hausser ou baisser la hauteur de note d’une corde. Qu’elles soient individuelles ou réunies par trois, à bain d’huile ou découvertes, elles doivent remplir leur office avec douceur et précision, permettant ainsi au guitariste de parvenir à un accordage fin.

Grover et Schaller

Si les modèles Grover et Schaller sont unanimement reconnues, notamment pour leurs modèles étanches à bain d’huile, sachez qu’il existe également des systèmes découverts, sans capot, qui fonctionnent aussi bien. Autrement dit, peu importe leur procédé du moment que les mécaniques conservent leur douceur et leur précision au fil des ans.

Des systèmes évolués

Par ailleurs, on notera que certaines mécaniques bénéficient d’un système d’autoblocage qui, en tenant serrées les cordes par une vis, permet une meilleure tenue de l’accordage. Enfin, même si leur usage est réservé aux modèles hauts de gamme, sachez que Gibson propose aujourd’hui des mécaniques révolutionnaires, baptisées Robot, entièrement motorisées, qui non seulement permettent de conserver votre guitare parfaitement accordée en toutes circonstances, mais se montrent capables de transposer en un clin d’œil l’accordage standard en open-tuning de votre choix. Le nec plus ultra en la matière, assurément.

article provenant du guide d’achat Woodbrass

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: